Créer mon blog M'identifier

Une dernière danse avec le passé.

Le 15 mars 2015, 01:28 dans Livres 0

Cher passé,

 

 

 Je t'écris ce soir, sereine, et le cœur léger.

 J'ai pas vraiment envie de faire des rimes, de respecter à la lettre les règles de l'écriture.

 Tu m'as fait mal au cœur plus d'une fois, mis des coups dans la gueule, des coups d'poignards . Ouais.. Tu m'as tellement foutue à terre si facilement.

 J'me souviens ... J'étais très souvent assise , dans ces bars, à boire et me croire libre.

Libre de quoi putain... Prisonnière de l'alcool et d'la folie, j'savais pas bien les limites du raisonnable. J'voyais plus la barrière entre la réalité et les rêves.

J'étais alcoolique, j'avais besoin de boire pour oublier ma propre existence.

 Bordel c'que j'ai pu être conne ! Et tu ne m'aidais pas toi, tu m'refoutais des soucis par dessus, comme si tu voulais tester mes nerfs, et ma capacité à tenir dans le coup dans ma vie.

 Toutes ces larmes versées, toutes ces questions sans réponses que j'ai pu m'poser. Toutes ces bouteilles, ces verres vidés, toutes ces ruptures, ces trahisons, ces envies d'partir, ces moments de solitude.

Toutes ces personnes que j'ai pu aimer, pour qui j'ai trop donné.

Tout ces gens que j'ai pu écouter et aider, et qui sont partit d'ma vie sans s'soucier d'mes ressentis.

J'vous dit merci ... Merci car j'suis si heureuse que vous soyez loin, si loin d'ma victoire..

Vous n'étiez pas foutu d'être là pour ma chute, alors j'ai absolument pas besoin de vous pour toutes les réussites que je respire à pleins poumons.

 Je n'suis pas parfaite, je n'suis pas la meilleure personne qui puisse exister...  J'sais que j'ai pas toujours été quelqu'un de bien, j'ai brisée des cœurs et des liens . J'suis pas la plus gentille, belle, où drôle. J'vous ai peut-être déçue, mentis, trahis, mais j'étais ce que j'étais, point.

Qui n'a jamais blessé après tout ?  

 Au final, j'm'en suis sortie, j'ai découvert une force en moi, surhumaine, et un mental d'acier, j'ai découvert que je pouvais me surpasser. J'suis devenue quelqu'un de juste, et ça, c'est ma fierté, mon combat.

 Cher passé,

 Pour tout c'que t'as pu me faire subir, il y à une chose que j'aimerais t'écrire avant de t'oublier.

C'que t'as jamais compris, c'est qu'à chaque fois que tu montes sur le ring pour me mettre KO, j'me relèves TOUJOURS. Même quand j'y crois pas, même quand j'y crois plus, j'aurais toujours de la force pour te vaincre, toujours assez de courage pour t'affronter. Tu n'me fais plus peur.

 Sortez de ma vie à tout jamais ! Toi, mes souvenirs, et cette personne que j'étais. Il n'y à plus de place pour vous. Le bonheur m'attends.

 Sache une dernière petite chose.. J'te déteste .. MAIS, t'as été le le meilleur professeur de ma vie, tu m'as enseigné la sagesse et le courage à travers toutes ces souffrances et ces larmes.

C'est avec un grand sourire et une petite nostalgie que ce soir je te dis définitivement au revoir. L'élève à dépassé le maître.

.

Le 21 février 2015, 03:56 dans Livres 0

J'en veux au temps, il m'arrache à toi à chaque seconde. Tu m'échappes, et je rêve de toi. Quand je ferme les yeux et que je pense très fort à toi, j'arrive à te sentir , j'arrive à me souvenir, tout est beau parce que t'es là.
J'déteste mes rêves, car dedans tu me dis que tu m'aimes, et tu me prends dans tes bras, je te sens vraiment, je sens que tu me serres fort.
J'ai le mal de toi, de tes rires, de ta voix, de ta personne, de tes sourires.
Je t'aime je t'aime je t'aime au delà des mots, au delà des limites du raisonnable, au delà de tout.
Un bout d'moi est parti avec toi. J'voudrais construire une horloge qui tourne à l'envers, juste pour retourner dans le passé, être rien qu'avec toi, et briser cette horloge pour que le temps disparaisse à tout jamais .

A la lueur d'un sourire.

Le 21 février 2015, 03:53 dans Livres 0

Je marchais, casque sur les oreilles, musique beaucoup trop forte, dans ce parc coloré. Les fleurs dominaient , et pourtant, les enfants ne riaient pas, ils étaient tous sagement assis. Je continuais mon chemin, surprise par ce calme et levais les yeux au ciel car la pluie faisait son apparition.

Je me dépêchais de rentrer car l'orage arrivait , dans mon élan, quelque chose me stoppais net, du moins quelqu'un , un vieillard assis , avec sa canne, trempé, et visiblement le seul avec le sourire.

- Monsieur ! Vous prenez la pluie vous voulez pas rentrer ?
Il riait à gorge déployée

- Vous devriez rentrer , il commence vraiment à beaucoup pleuvoir !

- Et vous croyez que ça va me faire rentrer ? Et rentrer où d'abord ! Je n'ai pas de chez moi !

- Mais comment vous vivez ? Vous n'avez pas de la famille ? Quelqu'un à contacter ?

- Oh ma petite, il y à bien longtemps que je n'ai plus de famille !

- Essayez d'aller à l'abri , je sais pas, demandez de l'aide !

- Je n'ai pas besoin d'aide jeune fille , vous croyez qu'un toit me rajeunira où me rendra heureux ? Certes il m'abritera , mais c'est pas ça qui compte !

- Ne dites pas n'importe quoi , venez avec moi !

- Ah les jeunes ! Toujours à croire que les vieillards sont stupides ! Avec tout ce que j'ai vécu dans ma vie, c'est pas la pluie qui va me rendre triste , au contraire ! J'aime la pluie, j'aime le bruit qu'elle fait, je l'aime parce que personne ne l'aime . Elle est comme moi, elle dérange , mais je m'en fiche je suis bien ici , je suis heureux !

- Mais venez avec moi quand même, vous êtes sale et vous avez sûrement faim , je vais vous donner un peu d'argent pour vous acheter de quoi manger !

- Aaaah l'argent ! Vous avez tous un soucis avec cette merde ! Vous êtes tous dépendant de ces bouts de papier coloré !

- On à pas le choix , c'est ça qui nous fait vivre Monsieur, sans ça on ne vit pas !

- Parce que moi je ne vis pas peut-être ? La vraie richesse ce n'est pas ce que l'on gagne, mais ce que l'on donne ! Et la meilleure des richesses c'est le bonheur, pas l'argent !

Après cette conversation, je décidais de rentrer , complètement trempée , mais ses paroles étaient restées dans ma tête
Deux jours plus tard, je décidais de retourner au parc avec quelques gâteaux à partager , et je trouvais un banc vide de sa personne, mais remplis de fleurs , des gens autour, avec une lettre dans un beau cadre, je décidais de lire...

Lettre à vous ,
Je ne sais pas qui lira ce message, si c'est une femme, un homme, peu importe, sachez que je vivais sur ce banc, pendant des années je passais mon temps à vous regarder jouer, courir, marcher, rire, téléphoner, boire, manger, pleurer, vous disputer également, et ma vie se résumait à être spectateur de la votre , j'étais très heureux comme ça, je n'avais pas d'argent mais j'avais vos sourires , le soleil et cette herbe si verte .
Vous ne faisiez pas attention à moi, je n'étais qu'un décor et vous, vous étiez ma richesse .
N'ayez pas pitié en lisant ceci, j'étais malade et il me restait que quelques jours à vivre, mais j'étais et je suis heureux, je ne suis pas à plaindre, j'aimais ma vie.
Cessez de vous morfondre pour tout et n'importe quoi, vivez et gardez vos larmes pour les vrais chagrins.
Souriez, soyez heureux, c'est encore mieux que tout ce que vous possédez sur vous !
Je vous embrasse, et vous laisse le banc, pour vous reposer à votre tour et regarder le sourire des autres, essayez , cela ne coûte rien ....


Moralité : Faites attention autour de vous, vous pouvez être tout pour quelqu'un , seulement une fois que vous vous en rendez compte, il est bien souvent trop tard , et contentez vous des choses simples.

Voir la suite ≫